Texte à méditer...  Les arbres aux racines profondes sont ceux qui montent haut.   Frédéric Mistral (1830-1914)
Le Mémorial

Fermer Historique

Fermer Manifestations 2017

Fermer Manifestations 2016

Fermer Manifestations 2015

Fermer Manifestations 2014

Fermer Manifestations 2013

Fermer Manifestations 2012

Fermer Manifestations du 27 mai 2011

Fermer Manifestations du 27 mai 2010

Fermer Manifestations du 27 mai 2009

Fermer Hommages du Mémorial

Jean Moulin

Fermer Biographie

Fermer Ses Compagnons

Fermer Dossiers

Fermer Témoignages

Fermer Bibliographie

Fermer Hommages à Jean Moulin

Nouvelles


Vidéos du 27 mai 2009 - par Gilbert le 10/01/2010 - 00:16

Les vidéos de la cérémonie et du colloque du 27 mai 2009 sont en ligne :
  • Images de la cérémonie officielle
  • Images du colloque

  • Daniel Cordier, prix Renaudot 2009 du "meilleur essai" - par Gilbert le 02/11/2009 - 14:36

    Daniel Cordier, pour son livre intitulé «Alias Caracalla» (Gallimard), a reçu le prix Renaudot 2009 du meilleur essai.

    Après avoir consacré quatre volumes à une biographie de Jean Moulin, Daniel Cordier livre dans «Alias Caracalla» plus que des mémoires : un témoignage exceptionnel.

    Vichy en Provence, 1940-1942 de Robert Mencherini - par Gilbert le 28/10/2009 - 19:32

    Après Les années de crise, 1930-1940, Robert Mencherini publie Vichy en Provence, 1940-1942, second volume de Midi Rouge, ombres et lumières. Une histoire politique et sociale de Marseille et des Bouches-du-Rhône.

    Robert Mencherini est historien et participe à plusieurs équipes de recherche régionales et nationales. En 1998, il a notamment publié Guerre froide, grève rouges. Parti communiste, stalinisme et luttes sociales en France. Les grèves “ insurrectionnelles ” de 1947-1948, Syllepse, et en 2004, Les années de crises, 1930-1940, Syllepse.

    Vichy en Provence, 1940-1942, Syllepse

    Vichy en Provence est publié chez Syllepse, avec le concours du Conseil général des Bouches-du-Rhône.

    Editions SYLLEPSE
    69 rue des Rigoles, F-75020 Paris
    edition@syllepse.net
    www.syllepse.net
    Tel : 01 44 62 08 89


    Vichy en Provence, 1940-1942
    Midi rouge, ombres et lumières

    En juillet 1940, la Provence et les Bouches-du-Rhône se retrouvent sous l’autorité du gouvernement de Vichy. Les populations méridionales, déboussolées par la défaite, submergées par l’exode, placent leurs espoirs dans le chef du nouvel État français, Philippe Pétain, en qui se reconnaissent également les églises. Très rapidement, s’impose la Révolution nationale qui dissout les assemblées élues, épure les administrations, interdit les confédérations syndicales, exclut les indésirables juifs, tsiganes ou francs-maçons, réprime les communistes et les dissidents, et, en dépit de déclarations régionalistes qui lui amènent l’appui de franges occitanistes, renforce la centralisation.

    Tout le département est quadrillé par de nombreuses organisations qui encadrent la jeunesse (Chantiers de jeunesse, Compagnons de France) ou l’ensemble de la population (Légion française des Combattants), tandis que les partis de droite extrême, PPF, PSF, Action française (Charles Maurras est en Provence) soutiennent le régime. De nombreux trains partent de Marseille vers l’Allemagne, ceux de la Relève ou du STO, des Volontaires français contre le bolchevisme, qui vont se battre aux côtés de la Wehrmacht sur le Front de l’Est. Et, pendant l’été 1942, les autorités de Vichy livrent aux Allemands les juifs étrangers rassemblés au camp des Milles, près d’Aix-en-Provence.

    Ce sont tous les aspects de la vie sociale et politique de Marseille et des Bouches-du-Rhône, de l’armistice de juin 1940 jusqu’à l’occupation de novembre 1942, que Robert Mencherini explore, à partir de nombreuses sources souvent inédites. Une iconographie très diversifiée enrichit le volume.




    Le 18 juin 2009, Goult a commémoré l'appel du 18 juin et célèbré le 110ème anniversaire de la naissance de Jean Moulin, avec, à 18h, un dépôt de gerbe au monument aux morts, et à 19h, une conférence à la salle des fêtes.

    Cette conférence "autour de Jean Moulin, enfant de Provence héros de la Résistance" fut animée par François-René Cristiani-Fassin président du Mémorial de Salon-de-Provence, avec la participation du capitaine Brun du service historique de l'armée de l'Air.


    LA PROVENCE HONORE MASSIVEMENT LA MEMOIRE DE JEAN MOULIN - par François Archambault le 02/06/2009 - 22:05


    LA PROVENCE HONORE MASSIVEMENT LA MEMOIRE DE JEAN MOULIN

    Fin mai 2009, à Saint-Andiol et Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône), des centaines de Provençaux ont honoré la mémoire de Jean Moulin et de ses héroïques compagnons.

    Le 27 mai, plusieurs anniversaires ont été célébrés : d’abord, le 110ème anniversaire de la naissance de Jean Moulin, né en Languedoc dans une famille originaire de Saint-Andiol. Ce préfet de la République sauvagement passé à tabac par des soldats nazis dès le 16 juin 1940, puis révoqué par le régime de Pétain, ensuite chargé par le général de Gaulle d’unifier la Résistance, enfin torturé à mort en juin et juillet 1943 par les barbares gestapistes.

    Le Délégué général du Chef de la France Libre avait été parachuté dans les Alpilles avec ses premiers compagnons de la mission « Rex », Raymond Fassin et Hervé Monjaret, aux premières heures du 2 janvier 1942.

    Second anniversaire : celui de la première réunion du Conseil national de la Résistance, présidée par Moulin dans Paris occupé, le 27 mai 1943 : chaque année, le Comité régional du mémorial Jean-Moulin célèbre ce retour des valeurs républicaines au pied de la monumentale sculpture de Marcel Courbier, comme la Fondation de la Résistance le fait à Paris en allant raviver la flamme, à l’Arc-de-Triomphe.

    Enfin, le nouveau président du Comité régional du mémorial Jean-Moulin de Salon-de-Provence, François-René Cristiani-Fassin (et délégué régional de « Mémoire et Espoirs de la Résistance »), a voulu également, avec son équipe, honorer solennellement le fondateur du magnifique monument créé il y a juste 40 ans : Bernard Bermond, résistant à vingt ans, hélas disparu au cours de l’été 2008.

    La veille, le 26 mai après-midi, à St Andiol, le maire, Luc Agostini, avait réuni un grand nombre d’experts, d’historiens et de sympathisants pour une première réunion de préfiguration d’un futur musée Jean-Moulin, installé dans les locaux de l’ancienne mairie - où seraient conviés toute l’année des élèves, leur professeurs et les visiteurs de passage.

    Ce qui rejoint les visées pédagogiques et citoyennes des manifestations salonaises du 27 mai, puisque le Recteur de l’académie d’Aix-Marseille, Jean-Paul de Gaudemar, avait encouragé, par son parrainage, la participation de près de six-cent-cinquante lycéens et collégiens, notamment au colloque historique de l’après-midi, à l’Espace Charles-Trénet de Salon.

    Auparavant, le matin, au pied du Mémorial, au milieu de plus de soixante porte-drapeaux et d’un public d’une bonne centaine de jeunes et de moins jeunes, cinquante hommes de troupe, dont ceux de l’Ecole de l’Air de Salon et une musique venue de Lyon, passés en revue par le général Mercier commandant les Ecoles d’officiers de l’Air de Salon, ont rendu les honneurs à la mémoire des héros de la Résistance. Après les allocutions de Mme Danielle Bermond-Valentin et de F.-R. Cristiani-Fassin, fille et fils de héros de la Résistance, un très violent mistral a contraint les autorités à poursuivre la cérémonie à l’abri, en centre ville, toujours en présence du Général, de M. le Recteur d’académie, des élus de la Région, du département et des communes voisines de Salon.

    Puis, dès 13h45, le colloque a pris son envol dans le grand amphithéâtre municipal mis à la disposition des organisateurs par le maire-conseiller général de Salon, Michel Tonon.

    Se sont succédés à la tribune, deux des derniers témoins résistants de la création du Mémorial, Jules Sébastianelli et Jean Nicolaï, le président national du Comité d’action de la Résistance, Pierre Morel, les petites-cousines de Jean Moulin, Andrée et Suzanne Escoffier, ainsi que des historiens, Christine Lévisse-Touzé, Michel Fratissier, Robert Mencherini et le capitaine Christian Brun, du service historique de l’armée de l’Air, très applaudi pour sa présentation d’une « reconstitution » du parachutage fondateur du 2 janvier 1943.

    Près de huit cents personnes étaient présentes, venues parfois de très loin, notamment des élèves de toute la région et leurs professeurs, pour lesquels le Comité régional du mémorial avait affrété une bonne douzaine de cars. Ainsi aura été honoré l’héroïsme de tous les Résistants morts sous la torture ou en camp de concentration, et dont le sacrifice nous permet aujourd’hui de vivre en démocratie.

    Cette grande journée a bénéficié du haut patronage de M. le secrétaire d’Etat à la Défense et aux Anciens combattants, du soutien et de l’aide du ministère de la Défense/Direction de la mémoire, du patrimoine et des archives, ainsi que des collectivités territoriales (Région, Département et Ville de Salon) et de l’Ecole des officiers de l’Air de Salon, et de la collaboration de l’Ina Méditerranée - pour un remarquable montage d’archives audiovisuelles retraçant l’épopée du Mémorial.

    François Archambault,
    président de Mémoire et Espoirs de la Résistance (MER)

    DébutPrécédent [ 1 2 3 4 5 6 7 ] SuivantFin
    Recherche



    Webmestre - Infos
    Visites

       visiteurs

       visiteurs en ligne

    Top