Texte à méditer...  Les arbres aux racines profondes sont ceux qui montent haut.   Frédéric Mistral (1830-1914)
Le Mémorial

Fermer Historique

Fermer Manifestations 2017

Fermer Manifestations 2016

Fermer Manifestations 2015

Fermer Manifestations 2014

Fermer Manifestations 2013

Fermer Manifestations 2012

Fermer Manifestations du 27 mai 2011

Fermer Manifestations du 27 mai 2010

Fermer Manifestations du 27 mai 2009

Fermer Hommages du Mémorial

Jean Moulin

Fermer Biographie

Fermer Ses Compagnons

Fermer Dossiers

Fermer Témoignages

Fermer Bibliographie

Fermer Hommages à Jean Moulin

Manifestations du 27 mai 2010 - Allocution de M. Jules Sébastianelli

Monument-Mémorial de Salon-de-Provence, 27 mai 2010

Commémoration du 67ème anniversaire
de la première réunion du Conseil national de la Résistance, le 27 mai 1943,
sous la présidence de Jean Moulin, dans Paris occupé

Allocution de Jules SÉBASTIANELLI,
président d’honneur du Comité régional du Mémorial Jean-Moulin



Nous voici en ce lieu devenu non seulement historique, mais encore témoignage emblématique, par son envergure vers le monde, en hommage à l’homme que vous savez, le Préfet Jean Moulin - le seul en qui le général de Gaulle, depuis Londres, savait pouvoir placer sa confiance, pour la mission hautement décisive, celle de réunir en pleine occupation ennemie les principaux responsables clandestins de la Résistance, et enfin d’aboutir à une charte, à un engagement de front commun, pour la Libération du pays. C’est cela qui s’est accompli le 27 mai 1943 à Paris, et cette date s’inscrit désormais dans une commémoration annuelle…

Mes Amis, c’est par cela que je devais d’abord, devant vous, commencer, afin d’affirmer la signification de ce symbole primordial, voué à la prospérité.

Ceci étant dit, il y a tout de même, en ce jour, au fond de ma pensée, un autre sentiment: aujourd’hui, voilà une deuxième année qui nous trouve privés, voire orphelins, de celui qui fut l’âme, la tête pensante de ce monument, mon Compagnon et « Frère d’armes », le Président Bernard Bermond, et sans doute avez-vous, en vous, ce même sentiment.

Avec Bernard Bermond, nous étions, lui, avec moi, les liquidateurs des Réseaux de la France Combattante, en particulier du Réseau F.Y.R. de l’O.S.S., au point d’avoir créé avec d’autres l’Association des Anciens des Réseaux. C’est au sein de cette très cordiale amicale que l’idée de rendre hommage à Jean Moulin a germé. Ce fut Marcel Galdin qui sut nous convaincre tous, et le Président Bernard Bermond, fort de cette cohésion, a su trouver, grâce à son autorité morale, les contacts préliminaires indispensables.

Alors comment ne pas dire, en ce lieu, que seul demeure en nous le souvenir, celui de son charisme, de cette volonté, chez lui indomptable, comme viscérale, et de son attachement à ce symbole de la pérennité vers la suite des temps..? Celui, également, de sa personnalité, de sa force morale auprès de nous tous, autant de qualités qui auront permis, dans ces années difficiles de l’époque - et cela comme un sursaut - de nous mobiliser autour de lui pour, enfin, réussir ce monument, en témoignage de ce que notre France Libre doit à Jean Moulin. Bernard était un homme hors du commun, rassembleur de bonnes volontés, guidé par le seul souci d’avancer, et d’aboutir.

Dans cette « aventure », disons, aussi intrépide que marquée par la foi d’une profonde volonté de voir concrétiser l’hommage à Jean Moulin, nous étions, au départ, une cohorte autour d’une vingtaine d’anciens Résistants, auxquels s’étaient joint des volontaires plus spécialisés, tant sur le plan juridique que sur celui de la gestion.

J’étais déjà de cette équipe, dès les prémices mêmes de notre engagement, et cela nécessitait une grande mobilité et une volonté de servir quasi quotidienne, tant au sein des FFC, à Marseille, qu’ici à Salon-de-Provence où, durant plusieurs semaines, nous fumes en réunion, en mairie, avec la présence du directeur de cabinet de Monsieur le Préfet.

Tant de noms de ces fidèles compagnons sont encore dans mon esprit, et ma mémoire se souvient de ce que furent les premières approches, puis les difficultés à surmonter. Aujourd’hui, j’ose confier, qu’avec l’âge, cela reste pour moi un privilège… quelque peu attristé. Les documents de ce passé existent car, voilà quelques années, j’ai remis au Président Bermond, au cours d’une réunion à Salon, tout un dossier d’archives, et cela en complément de ce qui existait.

Ce qu’il faut savoir également, c’est que Bernard avait pensé à ces lendemains, hors de notre équipe ou de ce qu’il en restait. Il a su puiser dans la génération suivante et retenir pour ce futur, à venir, notre ami François-René Cristiani-Fassin, dorénavant président du Comité régional du Mémorial, que je me dois de complimenter pour tout ce qu’il a déjà entrepris dans cette charge aussi prestigieuse que lourde.

Donc, toute cette motivation des uns et des autres nous ramène à ce monument, œuvre du sculpteur Courbier, sur ce site, non loin du point de parachutage de Jean Moulin, et là, je pense à sa sœur Laure Moulin, qui nous a, dès le début, beaucoup « assistés ». Nous avions voulu que la silhouette, venant du ciel, vienne se poser sur ces pierres brutes, symboles du chaos d’alors.

Que souligner encore ? Que l’œuvre de Jean Moulin, le Conseil National de la Résistance, a permis une totale convergence de tous les réseaux et mouvements de la Résistance. Tout cela a fortement contribué à l’écrasement du nazisme, comme en a témoigné le général Eisenhower. Il faut aussi citer le témoignage de Daniel Cordier qui, vous le savez, fut dans la clandestinité un tout proche de Jean Moulin car, pour l’Histoire, il est celui qui était dans la rue Dufour, à Paris, le 27 mai 1943, chargé d’assurer la sécurité de la réunion du C.N.R.

Que souligner enfin, sinon que Jean Moulin, c’est toute une épopée dans l’Histoire de notre pays et du rétablissement de la République ?

Alors, en conclusion, permettez cette réflexion, en ces années de début du troisième millénaire: je crois qu’il nous appartient, à nous les ainés, les Anciens, non seulement de sauvegarder la mémoire de tous les millions d’hommes et de femmes victimes de la barbarie nazie, mais encore de veiller au rejet de toute tentative d’idéologie, ou de dictature, de réminiscence nazie, et cela tant au sein de nos pays d’Europe (comme en Hongrie ces temps-ci) que dans le reste du monde.

C’est cela, mes amis, la grande leçon de morale universelle, de ce que devrait être le sens véridique que nous croyons attribuer à cette notion de Liberté, pourtant bien inscrite dans nos manuels des Droits de l’Homme.

Je vous remercie de votre patiente attention.


Jules SÉBASTIANELLI, président d’honneur du Comité régional du Mémorial Jean-Moulin


Date de création : 21/06/2010 - 00:53
Dernière modification : 21/06/2010 - 00:57
Catégorie : Manifestations du 27 mai 2010
Page lue 5725 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Recherche



Webmestre - Infos
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Top